Articles

Nous sommes heureux de vous annoncer que notre ligne de produits certifiés biologiques LE PURE est maintenant disponible dans le prestigieux magasin LUDWIG BECK à Munich. LUDWIG BECK n’est pas seulement un magasin extraordinaire, il profite également d’une longue et fructueuse histoire.

Tout a commencé lorsqu’un jeune fabricant de boutons et passementerie d’ornement, Ludwig Beck a ouvert son premier atelier en 1861. Avec l’aide de quelques autres employés, Ludwig Beck réussi à développer son affaire, si bien que le roi de Bavière, Ludwig II lui-même était un de ses clients. L’entreprise est restée dans les mains de la famille Beck jusqu’en 1938 lorsqu’elle a été vendue à Gustl Feldmeier qui a dirigé LUDWIG BECK ces dernières décennies. Gustl Feldmeier n’a pas seulement développer le magasin, mais a aussi créé le fameux magasin pilote sur la Marienplatz à Munich. Le grand magasin est situé dans le cœur de la ville et est ainsi devenu un élément indispensable dans le paysage urbain munichois.

LUDWIG BECK in 1861

LUDWIG BECK in 1861

De nos jours, LUDWIG BECK est connu pour offrir une expérience en magasin unique qui satisfait tous les souhaits de ses clients. Le magasin-phare est en effet appelé “Magasin des Sens”. De plus, l’originalité et la créativité du magasin en ont fait un des plus influents et précurseurs en Allemagne.

En plus d’offrir des produits luxueux renommés, les clients peuvent aussi trouver des produits de niche, ce qui fait de LUDWIG BECK un des leaders dans la niche des cosmétiques biologiques. Nous sommes très fiers de faire partie de cette réussite.

La marque de cosmétiques biologiques LE PURE est disponible sur la place Marienplatz mais aussi dans le magasin LUDWIG BECK Beauty Fünf Höfe et sur la boutique en ligne.

La Niña de los Peines présente LE PURE Skincare & KOBIDO by Mariona Aupi

Le samedi 18 Avril 2015, nous avons eu le plaisir de présenter notre ligne de cosmétiques biologiques lors d’un événement entièrement dédié au bien-être et à la beauté, dans le salon de La Niña de los Peines, un des meilleurs coiffeurs de Barcelone.

Grâce à la collaboration de Mariona Aupi, maître dans l’art du Kobido, massage facial japonais, nous avons pu offrir une démonstration en direct de cette technique spéciale de rajeunissement. Mariona utilise les produits de LE PURE pour un résultat comparable à un lifting, mais naturel !

De plus, la synergie entre LE PURE et Kobido est une expérience sensorielle unique et extraordinaire qui garantit un résultat inégalable : un visage détendu et radieux, et une peau saine, jeune et éclatante.

La créatrice de LE PURE, Julia Atzesberger, a expliqué aux invités la révolution que mène LE PURE. LE PURE ne va pas seulement révolutionner le bien-être des individus, mais l’ensemble du secteur des cosmétiques, grâce à son savoir directement issu de la nature, son engagement pour la protection de l’environnement, ses valeurs axées sur l’harmonie entre l’individu et la nature, ses objectifs de bien-être, et sa volonté de redéfinir les cosmétiques biologiques.

Pour nos produits, nous avons décidé d’utiliser l’essence de Néroli, une huile essentielle produite à partir de la fleur de Bigaradier.

Son processus d’extraction est extrêmement délicat. La fleur est trop fragile pour supporter une distillation classique. L’essence est donc produite par entraînement à la vapeur, une technique des plus anciennes réalisée avec un alambic. Le liquide organique est chauffé par un flux de vapeur d’eau, puis distillé avec elle.

En plus d’apporter des bénéfices à la peau, l’huile de Néroli a d’excellentes vertus apaisantes.

Un cactus est un membre de la famille de plantes Cactaceae au sein des Caryophyllales. Le mot “cactus” est dérivé par le biais du latin, de l’ancien grec κάκτος (kaktos), un nom utilisé à l’origine pour une plante épineuse dont l’identité est incertaine. Les cactus sont originaires d’Amérique, allant de la Patagonie dans le sud jusqu’à des parties de l’ouest du Canada. Ce cactus en question se nomme : figuier de Barbarie. Les figues de Barbarie poussent généralement sur les zones arrondies et plates en forme de raquettes (également appelées platyclade), armées de deux sortes d’épines. Les premières sont grandes, lisses et fixes alors que les autres sont de petits aiguillons (appelés aussi glochides) qui pénètrent facilement la peau et se détachent de la plante. De nombreux types de figues de Barbarie se développent dans les structures denses enchevêtrés.

Selon Wikipédia, lorsque Carl Linnaeus a publié Species Plantarum en 1753 – le point de départ pour la nomenclature botanique moderne – il a placé toutes les espèces de cactus qui lui étaient connues, dans un seul genre : Cactus. En 1754, le botaniste écossais Philip Miller a divisé les cactus en plusieurs genres, y compris le figuier de Barbarie. Il distingue ce genre en grande partie sur la forme de ses fleurs et de ses fruits.